La réforme de l’éducation initiée par le gouvernement français inclut une revalorisation du coût des études en France. L’idée ne date pas d’hier et elle fait débat depuis plusieurs mois maintenant. L’augmentation concerne autant les établissements publics que privés, mais la hausse touche différemment les étudiants selon qu’ils soient français, européens ou étrangers, selon leur situation. Voici comment cette hausse des droits d’inscription va impacter sur les premiers concernés : les étudiants.

Les étudiants français ou européens

Les frais de scolarité ne changent pas pour les étudiants ressortissants de la zone euro ou de Suisse. L’État français prendra en charge une grosse partie du coût de la formation et l’étudiant devra débourser 170 euros pour une année en cycle de Licence, 243 euros pour une année en cycle de Master et 380 euros pour une année en cycle de Doctorat.

Si vous avez des questions sur les droits d’inscription différenciés, consultez la FAQ de Choose France pour clarifier notamment les étudiants concernés ou non par la mesure ainsi que des détails pratiques sur les modalités de paiement et l’obtention des aides.

Les étudiants étrangers hors UE, hors EEE

Les étudiants étrangers nés en dehors de l’Union Européenne ou hors de l’Espace Economique Européen, devront s’acquitter de frais de scolarité plus conséquents. Disposant d’un visa VLS-TS pour études, ces étudiants devront payer 2770 euros pour une année en cycle de licence, 3770 euros pour une année en cycle de Master ou une année en cycle de Doctorat.

Les boursiers étrangers du gouvernement français (BGF), les étudiants bénéficiant d’une exonération accordée par l’établissement où vous ils sont inscrits, les étudiants ayant un statut de réfugiés ne sont pas concernés par ces droits d’inscription différenciés.

Les tarifs annoncés ne concernent que les établissements publics et l’État prendra en charge les 2/3 du coût de la formation. Pour les écoles d’ingénieurs sous tutelle des ministères en charge de la défense, de l’agriculture ou de l’économie, les tarifs pratiqués peuvent être plus élevés. La liste des établissements qui sont concernés par la prise en charge des frais de scolarité est disponible sur le site officiel du Ministère de l’Éducation. On y trouve par exemple, l’ensemble des universités françaises, les quatre écoles centrales, l’Institut National Polytechnique de Toulouse, les 9 établissements d’ingénieurs, etc…

Ces tarifs ne s’appliquent qu’aux nouveaux venus intégrant une formation à la rentrée 2019/2020, session de janvier ou d’octobre. Ceux qui ont déjà été inscrits en 2018/2019 en France poursuivront avec la même grille tarifaire que les étudiants français ou européens.

Partager:
Alexandre
Écrit par Alexandre
Engagé mais pas trop... Je parle de choses qui me tiennent à coeur, sérieuses ou non...