Après les manifestations de quelques centaines d’étudiants au printemps 2018 et les nombreuses polémiques autour de la mise en place de ParcourSup, la plateforme est maintenant bel et bien opérationnelle. 812 050 futurs bacheliers se sont inscrits sur la plateforme pour espérer décrocher une place dans l’établissement d’enseignement supérieur de leur choix. Mais ParcourSup tient-elle toutes ses promesses et notamment celle « d’une révolution de l’éducation » annoncée fin août 2017 par Emmanuel Macron ?

ParcourSup c’est quoi ?

Au moment de la mise en place de ParcourSup, Emmanuel Macron annonce plusieurs objectifs comme la création de 10 000 nouvelles places à la rentrée 2018-2019 dans les filières les plus demandées ainsi que dans les filières sélectives type IUT ou BTS.

ParcourSup remplace l’ancien système de tirage au sort (APB). Cette version garantirait une meilleure prise en compte des élèves méritants. Il y a aussi l’aide à la mobilité pour les étudiants qui accepteront une place dans le supérieur éloigné de leur domicile et sur proposition du rectorat.

Les différentes polémiques

ParcourSup est un investissement jugé tardif, mais surtout très coûteux confronté dès les premiers mois de son existence à un obstacle réel qui la capacité d’accueil des établissements est limitée tant au niveau des locaux que des ressources humaines.

L’autre polémique qui a terni l’image de ParcourSup concerne la crédibilité de la procédure elle-même. En effet, à 2 mois de la rentrée universitaire, 66 000 jeunes sont encore sans affectation. Le système est plus équitable, mais le temps d’attente est plus long. C’est en partie dû aux candidats qui ont quitté le système sans avoir donné de réponses aux propositions reçues.

Enfin, le système est encore très opaque. Les critères de classement dans la liste n’ont pas été dévoilés si bien qu’il est difficile pour les étudiants d’évaluer leurs chances de décrocher la place de leur rêve.

Partager:
Alexandre
Écrit par Alexandre
Engagé mais pas trop... Je parle de choses qui me tiennent à coeur, sérieuses ou non...